Imprimer tout
Imprimer texte
  1. Excoriose - Raisin (vigne)
  2. Excoriose (syn. Phomopsis cane and leaf spot)
Champignon :
  1. Stade sexué : Cryptosporella viticola
  2. Stade asexué : Phomopsis viticola (syn. Fusicoccum viticola)

Pourriture brune et sèche sur raisins

Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ

© Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ

Information reliée à l'image
Sur les raisins (cv 'Maréchal Foch'), présence d’une pourriture brune et sèche débutant à l’apex et progressant sur les fruits. Elle engendre l'affaissement et le rabougrissement des baies (voir flèches). Les tests de laboratoire ont révélé la présence de Phomopsis viticola, champignon responsable de l’excoriose chez la vigne. Selon la littérature, ces symptômes ne sont pas caractéristiques de la maladie puisque l’infection sur les fruits débute généralement à partir de lésions situées près du pédicelle ou par les lenticelles présentes sur le rachis.
Lire la suite
Généralités
Au Québec, l’excoriose est une maladie occasionnelle et mineure de la vigne. Dans le monde, elle est présente dans la majorité des zones viticoles. L’excoriose est surtout problématique durant la phase de débourrement et de croissance des jeunes tiges annuelles dans les zones de production où le climat est humide. Au Québec, les cultivars De Chaunac et Sainte-Croix sont très sensibles à sensibles alors que Baco Noir, Maréchal Foch, Seyval blanc et Vandal-Cliche sont moyennement sensibles. L’excoriose a un impact sur les rendements, sur la qualité des fruits, en plus d’affaiblir les vignes, augmentant leur sensibilité au gel. Dans le vignoble, les plants infectés apparaissent en foyers puisque la maladie se développe surtout à l’intérieur d’un même plant plutôt qu’un plant à l’autre. Le diagnostic de l’excoriose à partir des symptômes visuels est difficile et nécessite souvent l’utilisation d’un microscope pour confirmer la présence du champignon.
Lire la suite
Symptômes
Feuille : au début, les taches sont petites, circulaires à irrégulières, vertes à jaunes avec un centre noir. Elles sont généralement réparties près des nervures. Les taches deviennent brun foncé à noires, d’aspect nécrotique, et sont visibles le long des nervures principales et secondaires et sur le pétiole. Les taches nécrotiques peuvent tomber. Le limbe affecté devient jaune puis brun. Les feuilles et les pétioles très affectés tombent au sol.
 
Fruit : les fruits verts peuvent être infectés, mais l’infection demeure latente jusqu’à la maturité. Les fruits matures sont bruns, pourris et ratatinés. Des pycnides et de cirrhes sont présents sur l’épiderme.

Rafle (grappe) : présence de taches allongées noires. Des sections de la grappe peuvent se dessécher et tomber.

Tige : sur les tiges annuelles, présence de taches jaunes avec un centre foncé. Les taches se regroupent, s’allongent et deviennent brun foncé à noires. Des stries perpendiculaires d’aspect liégeux se forment sur l’épiderme. Lorsque la croissance est rapide, les taches craquent et se fissurent donnant à la tige l’aspect d’une « tablette de chocolat ». Les symptômes sont localisés dans les 3 à 4 premiers entrenoeuds, à la base des tiges annuelles.
Lire la suite
Ne pas confondre
Sur les fruits, l’excoriose peut être confondue avec les dommages causés par la moisissure grise (Botrytis cinerea – absence de pycnides).
Lire la suite
Cycle vital
Phomopsis hiverne dans l’écorce des rameaux sous la forme de mycélium et de pycnides et parfois dans les bourgeons dormants (mycélium). Au printemps, les pycnides matures font irruption au travers de l’écorce, sur le pétiole des feuilles et d’autres tissus morts. Lors de conditions humides et pluvieuses, les spores sont éjectées des pycnides et dispersées sur de courtes distances par la pluie et les éclaboussures d’eau. La période de sensibilité maximale de la vigne se situe entre le débourrement et le stade 2-3 feuilles étalées. Parfois le champignon est disséminé par les boutures, les insectes, les outils utilisés pour la taille et la machinerie agricole.
 
Phomopsis produit des spores alpha (α) et bêta (β). Seules les spores α sont très actives. Elles germent entre 1 et 37 °C, avec un optimum à 23 °C. À cette température, les infections sont initiées en quelques heures lorsque de l’eau libre est présente ou que l’humidité relative est près de la saturation. Les spores pénètrent dans les tissus par les stomates, les blessures ou les lenticelles. Seuls les très jeunes tissus sont infectés. Les symptômes apparaissent 21 à 30 jours après l’infection. Lors des étés chauds et secs, le champignon devient inactif, mais reprend vit à l’automne lorsque la température rafraîchie. Une période de pluie prolongée et des températures clémentes (23 °C) sont les principaux facteurs du développement des épidémies d’excoriose.
Lire la suite
Méthodes de lutte
Pour limiter le développement de l’excoriose, il faut concilier les bonnes pratiques culturales à la lutte chimique. Les traitements fongiques sont très efficaces. Il faut acheter du matériel végétal sain pour la réalisation des plants greffés, utiliser les cépages les moins sensibles, assurer un bon espacement entre les plants pour une meilleure aération, enherber les allées, maîtriser la fertilisation (surtout l’azote) et épamprer les ceps. Lorsque la maladie est présente, il faut tailler les parties végétales atteintes et éliminer le matériel contaminé du vignoble.
Lire la suite
Traitements phytosanitaires Références/liens
Lire la suite

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.