Imprimer tout
Imprimer texte
  1. Blanc (syn. Oïdium) - Orge
  2. Powdery mildew
Champignon :
  1. Stade sexué : Blumeria graminis (syn. Erysiphe graminis)
  2. Stade asexué : Oidium monilioides

Mycélium blanc et cléistothèces noirs sur feuilles d'orge

Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ

© Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ

Information reliée à l'image
La face supérieure des feuilles d’orge sont couvertes d’un mycélium et de conidies blanc grisâtre sur lequel sont visibles de petits points noirs qui sont des cléistothèces du champignon. Les observations microscopiques ont révélé la présence du champignon Blumeria graminis, responsable du blanc des céréales. Les symptômes sur la feuille de droite sont plus vieux que ceux de la feuille de gauche. Il y a plus de cléistothèces et le limbe est jaune à ocre.
Lire la suite
Généralités
Le champignon Blumeria graminis affecte les céréales et graminées et il est spécifique à la culture. À titre d’exemple, la sous-espèce tritici n’affectera que le blé tandis que la sous-espèce hordei n’affectera que l’orge et autres Hordeum. Le blé et l’orge sont sensibles tandis que cette maladie est presque inexistante chez l’avoine. Blumeria graminis est un parasite obligatoire, il a besoin de tissus vivants de la plante pour assurer sa survie et son développement.
 
Chez l’orge, le blanc des céréales a peu d’incidence sur les rendements sauf si le temps demeure frais et humide ou si les infections touchent les feuilles du haut (feuilles de l’épi), affectant ainsi la quantité et la qualité des grains. Dans l’est du Canada, le blanc des céréales est une maladie fréquente et sévère de l’orge et du blé principalement lorsque les infections surviennent un peu avant ou à la floraison.
Lire la suite
Symptômes
Feuille : présence de taches verdâtres qui se couvrent de mycélium et de conidies blanc grisâtre. Affecte essentiellement la face supérieure. La croissance mycélienne est superficielle. Jaunissement à la face opposée au mycélium. Couvre partiellement ou complètement la surface foliaire. Lors de fortes infestations, les feuilles vieillissent prématurément et brunissement. Apparition de cléistothèces sur les tissus sénescents.
 
Épi : réduction du nombre d’épis et de grains par épi.
 
Plant : rabougrissement et perte de vigueur.
Lire la suite
Lire la suite
Cycle vital
Le champignon hiverne sous la forme de cléistothèces et de mycélium blanc dans le chaume et les plantes infectées. Au printemps, les conidies se développent et sont dispersées par le vent par temps sec et ensoleillé. La production de conidies se poursuit tout au long de la saison et assure les infections secondaires. Au milieu de l’été, les cléistothèces relâchent des ascospores. Les ascospores et les conidies pénètrent directement les tissus par un haustorium, ce qui leur permet de se développer à la surface des tissus atteints tout en s’alimentant à l’intérieur de la plante. Le développement des conidies du blanc requiert une humidité relative élevée (85 à 100 %) et des températures fraiches (15 à 22 °C). Au-delà de 25 °C, le développement de la maladie cesse. L’eau libre inhibe également la germination. La maladie se développe rapidement lorsque la croissance est luxuriante, mais progresse lentement durant la maturation. Dans un environnement favorable, la germination des conidies, l’infection et la sporulation sont complétées entre 7 et 10 jours.
Lire la suite
Méthodes de lutte
Pour lutter contre le blanc des graminées, il faut éviter les peuplements denses, utiliser une fertilisation équilibrée, des cultivars résistants lorsque disponible et des fongicides pour traiter les semences ou le feuillage. Faire une rotation des cultures (> 2 ans) avec des plantes non hôtes et éliminer les débris végétaux et les repousses (volontaires) de blé.
Lire la suite
Traitements phytosanitaires Références/liens
Bailey K. L., Couture L., Gossen B. D., Gugel R. K. & Morral R. A. A. (Eds) (2004). Oïdium (blanc) de l’orge. Dans Maladies des grandes cultures au Canada. 1ère éd. La Société Canadienne de Phytopathologie, Saskatoon. p. 37-38.
 
Bailey K. L., Couture L., Gossen B. D., Gugel R. K. & Morral R. A. A. (Eds) (2004). Oïdium (blanc) du blé. Dans Maladies des grandes cultures au Canada. 1ère éd. La Société Canadienne de Phytopathologie, Saskatoon. p. 109.
 
Bockus W. W., Bowden R. L., Hunger R. M., Morrill W. L., Murray T. D. & Smiley R. W. (2010). Powdery Mildew. Dans Compendium of Wheat Diseases and Pests. 3è éd. APS Press, The American Phytopathological Society Press, St-Paul, Minnesota. p. 43-45.

http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/pub811/14cereal.htm#des

http://ephytia.inra.fr/fr/C/16201/hypp-Description-de-l-agent-pathogene
Lire la suite

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.