Imprimer tout
Imprimer texte
  1. Rouille jaune tardive - Framboise
  2. Late yellow rust
Champignon :
  1. Pucciniastrum americanum

Fructifications orange sur drupéoles

Christian Lacroix - Fertior

© Christian Lacroix - Fertior

Information reliée à l'image
Sur une framboise (cv 'Festival'), présence d’une fine pellicule poudreuse orange. Ce symptôme est caractéristique de la rouille jaune tardive du framboisier causée par le champignon Pucciniastrum americanum.
Lire la suite
Généralités
Les rouilles sont des maladies complexes causées par des champignons qui sont des parasites obligatoires. Elles sont autoïques ou hétéroïques et généralement spécifiques à leur hôte et à leur famille. Dans sa forme la plus complexe, les rouilles ont cinq types de spores (spermatie, écidiospore, urédospore, téliospore et basidiospore).

La rouille jaune tardive du framboisier est une rouille hétéroïque, parfois autoïque. Dans la majorité des cas, elle a besoin de deux hôtes pour compléter son cycle soit l’épinette blanche (Picea glauca) et le framboisier rouge. Elle complète parfois tout son cycle uniquement sur le framboisier rouge. La rouille jaune tardive affecte le framboisier rouge et pourpre et le framboisier rouge sauvage. C’est une maladie occasionnelle et mineure. Les cultivars Festival, Latham, Viking, Carnival, Heritage et Pathfinder sont particulièrement sensibles. Les dégâts sont parfois importants sur les cultivars sensibles.
 
Au Laboratoire de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ, la rouille jaune tardive est la seule rouille qui a été identifiée sur le framboisier rouge. Il existe également la rouille jaune (Phragmidium rubiidaei) qui se manifeste en juin. Cette rouille est rare, mais peut causer des dommages très graves allant de la défoliation à l’absence de maturité ou de production de fruits. La rouille orangée (Gymnoconia peckiana) n’affecte pas le framboisier rouge.
Lire la suite
Symptômes
Feuille : sur les vieilles feuilles, présence de petites taches jaunes devenant brunes. Présence de pustules jaune clair à orange à la face supérieure et inférieure. Les feuilles affectées meurent et tombent. Les jeunes feuilles sont les plus résistantes.
 
Fruit : présence de pustules jaune clair à orange sur les drupéoles, les sépales et le pétiole.
 
Plant : si l’infection est sévère, défoliation précoce, diminution de la vigueur des plants et sensibilité accrue au gel hivernal.
Lire la suite
Ne pas confondre
Les pustules jaune clair à orange peuvent être confondues avec du pollen, mais celui-ci sera localisé sur les tissus. Sur les feuilles, la rouille jaune tardive peut être confondue avec le tétranyque de McDaniel (Tetranychus macdanieli). L’acarien est présent sous les feuilles et absence de pustules jaune clair à orange.
Lire la suite
Cycle vital
Le champignon hiverne sous forme de télies dans les feuilles de framboisier infectées. Au printemps, les télies matures éjectent des téliospores qui germent et forment des basides et des basidiospores qui vont infecter les aiguilles de l’épinette blanche. Des pycnies se développent sur les aiguilles et forment, au début de l’été, des écidies. Ces écidies libèrent des écidiospores qui sont transportées par le vent sur le framboisier rouge. Au milieu de l’été, des urédies se forment sur les feuilles et les fruits. Les urédospores peuvent réinfecter les plants tout l’été. Les urédospores entrent par les stomates des feuilles pour initier l’infection qui se produit entre 18 et 26 °C. Une humidité relative élevée est essentielle, mais pas la présence d’eau libre à la surface de la feuille. Des pluies fréquentes et l’irrigation par aspersion favorisent le développement de la maladie. Les symptômes sont visibles 6 à 10 jours après l’infection et coïncident avec le début de la récolte. À l’automne, des télies contenant des téliospores sont formées dans les cellules de l’épiderme des feuilles infectées et tombent au sol, complétant le cycle de la maladie.
Lire la suite
Méthodes de lutte
Pour limiter le développement de la rouille jaune tardive, il faut implanter les framboisières loin des épinettes blanches et sélectionner des cultivars résistants (Boyne, Killarney, Nova). Favoriser la production bisannuelle, la circulation d’air entre les plants, l’irrigation goutte à goutte à celle par aspersion. Assurer une bonne densité de plants (12 à 15 tiges par mètre), tondre les allées et contrôler les mauvaises herbes. Enlever et détruire les feuilles infectées tombées au sol l’année précédente, tous les tissus atteints au cours de la saison et le framboisier sauvage. Après la récolte, tailler les vieilles tiges. L’utilisation de fongicides protectants donne parfois des résultats intéressants.
Lire la suite
Traitements phytosanitaires Références/liens
Ellis M. A., Converse R. H., Williams R. N. & Williamson B. (Eds) (1991). Late Leaf Rust. Dans Compendium of Raspberry and Blackberry Diseases and Insects. APS Press. The American Phytopathological Society Press, St-Paul, Minnesota. p. 30-32.
 
Lambert L., Laplante G. H., Carisse O. & Vincent C. (2007). Rouille jaune tardive du framboisier. Dans Guide de maladies, ravageurs et organismes bénéfiques du fraisier, du framboisier et du bleuetier. CRAAQ (Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec). p. 131-133.

http://www.agrireseau.qc.ca/petitsfruits/documents/Carrier%20Andr%C3%A9.pdf

http://ohioline.osu.edu/hyg-fact/3000/pdf/HYG_3210_08.pdf
Lire la suite

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.