Recherche par mots clés :

Hemiptera / Psyllidae - Oeuf : 0,32 à 0,34 mm; fusiforme; de couleur jaune pâle à orangé; suspendu à la feuille par un pédoncule mesurant entre 0,48 et 0,51 mm. Larve : 2,0 mm lorsqu'il parvient à maturité; le corps est très aplati et est entouré d'une frange garnie de courtes épines; la coloration du corps est jaune ou verte. Adulte : 2,5 à 2,75 mm; le corps s'apparente à celui d'une petite cigale; couleur variant du vert pâle au vert foncé ou au brun; possède une bande blanche ou jaune sur l'abdomen et des stries sur la tête et le thorax; deux paires d'ailes transparentes sont visibles au-dessus de l'abdomen; les ailes antérieures sont considérablement plus grandes que les ailes postérieures; les antennes mesurent la moitié de la longueur
Adulte : 6,0 mm; le corps est ovale, noir lustré avec quatre taches jaune beige sur les élytres; les antennes se terminent en massue. Les adultes sont souvent attirés par les framboises mûres, pourries et en fermentation. Ils se nourrissent aussi des épis de maïs sucré. Cette espèce ne cause généralement pas de dommages importants, mais peut diminuer la valeur des récoltes en se retrouvant sur les fruits ou les épis. Elle est surtout considérée comme une nuisance. La tomate, le melon, le cantaloup et la pomme sont considérés comme étant des plantes hôtes potentielles. La nitidule à quatre points produit une génération par année. L'adulte hiberne dans la litière du sol. Lorsque les températures atteignent plus de 15°C, la femelle cherche un site d'alimentation riche en matière organique en décomposition pour y pondre ses oeufs ...
A. sputator) se développent dans de nombreuses cultures. L'espèce causant le plus de dommages est A. mancus. Biologie de A. mancus : Les dommages sont principalement causés par les larves qui s'attaquent aux racines. Les cultures préférées de ce ravageur sont le blé, l'avoine et le soya, mais il s'attaque aussi à plusieurs autres espèces cultivées (haricot, chou, carotte, maïs, concombre, pomme de terre, tomate et panais). Le développement larvaire au Québec s'étend sur quatre ans. La pupaison a lieu dans le sol en juillet-août. La transformation en adultes s'effectue du mois d'août à octobre. Ils passent l'hiver au sol dans une cellule pupale. Au printemps, ils redeviennent actifs et la ponte se produit en avril-mai. Larve ...
Le dénombrement des pupes peut s'effectuer en plaçant des plateaux sous le feuillage, afin d'y récupérer les larves qui se laissent tomber au sol au moment de s'extirper de la feuille. Cet indicateur est le plus fortement corrélé avec la densité de mineuses actives. Finalement, il est également possible d'effectuer le décompte des individus adultes au moyen de pièges collants jaunes, installés à la hauteur du feuillage. Aucun seuil d'intervention n'est établi pour cet insecte. Cependant, dans la culture de la tomate, une réduction significative des rendements est associée à la présence d'une à trois galeries par feuille. Contrôle biologique : Il existe plusieurs prédateurs connus de L. trifolii, mais les ennemis naturels, lorsqu'employés seuls, ne semblent pas suffisants pour réprimer efficacement les populations de mineuses ...
Lorsque des colonies de tétranyques sont présentes sur le feuillage, ce dernier devient jaune, grisâtre ou bronze. Les feuilles fortement infestées finissent par tomber au sol, ce qui peut affecter les rendements ou l'apparence d'une plante de façon non négligeable.  Les cultures de petits fruits telles que les framboises et les fraises sont particulièrement sensibles à ce ravageur. Les cultures légumières comme les tomates, les courges, les aubergines et les concombres sont aussi très à risque de subir des dommages de la part de cette espèce. Le tétranyque à deux points produit de quatre à six générations par année. Ce sont les femelles fécondées qui hibernent, généralement sous le couvert végétal. Les mâles meurent à l'automne et n'hibernent pas ...
Fruit : mûrissement inégal qui se manifeste par des zones vertes à jaunes sur l'épiderme des fruits verts. La zone pédonculaire est affectée en premier. Les fruits mûrs conservent les zones qui ont une anomalie de coloration. Ils sont plus durs dans les zones affectées. Lorsque le fruit est coupé en deux, il peut montrer un brunissement du système vasculaire dans les zones encore vertes et une coloration inégale des tissus. La marbrure de la tomate peut être confondue avec le virus de la mosaïque de la tomate (ToMV – taches parfois concentriques, le plus souvent dans la zone pédonculaire), le virus de la mosaïque du pépino (PepMV – ne débute pas nécessairement dans la zone pédonculaire) et une carence en potassium (K) (symptômes très similaires, on doit considérer la régie de culture et les facteurs environnementaux pour les départager) ...
Les plantes ornementales ne doivent pas être produites dans les pépinières de plants de tomate. Au champ, la rotation des cultures avec des plantes non hôtes est recommandée. Une fois la plante virosée, il n'existe aucune méthode de lutte curative. Le ToMV est souvent confondu avec le virus de la mosaïque du tabac (TMV). Par contre, le TMV est plus fréquemment observé sur le tabac que la tomate.   Sur les fruits, le ToMV peut être confondu avec le virus de la mosaïque du pépino (PepMV – rarement observé dans la zone pédonculaire), la marbrure de la tomate (symptômes débutent toujours dans la zone pédonculaire) ou une carence en potassium. Seul un test de détection du ToMV permettra d'éliminer les soupçons liés à la marbrure de la tomate et la carence en potassium ...
En cours de production, enlever et détruire les plantes infectées et les plantes saines avoisinantes. Les plantes infectées doivent être sorties des rangs en les plaçant dans des sacs de plastique fermés pour éviter tout contact avec les plantes saines. Délimiter les zones de plantes infectées et travailler dans ces zones en dernier. Assurer une lutte contre les mauvaises herbes. Les plantes ornementales ne doivent pas être produites dans les pépinières de plants de tomate. Une fois que la plante est virosée, il n'existe aucune méthode de lutte curative. Le virus de la mosaïque de la tomate est souvent confondu avec celui de la mosaïque du tabac (TMV). Chez le calibrachoa, le ToMV peut être confondu avec le virus de la marbrure du calibrachoa (CbMV) ...
En cours de production, enlever et détruire les plantes infectées et les plantes saines avoisinantes. Les plantes infectées doivent être sorties des rangs en les plaçant dans des sacs de plastique fermés pour éviter tout contact avec les plantes saines. Délimiter les zones de plantes infectées et travailler dans ces zones en dernier. Assurer une lutte contre les mauvaises herbes. Les plantes ornementales ne doivent pas être produites dans les pépinières de plants de tomate. Une fois que la plante est virosée, il n'existe aucune méthode de lutte curative. Le virus de la mosaïque de la tomate est souvent confondu avec celui de la mosaïque du tabac (TMV). Chez le calibrachoa, le ToMV peut être confondu avec le virus de la marbrure du calibrachoa (CbMV) ...
- Le virus de la maladie bronzée de la tomate (TSWV - Tospovirus) est un virus important qui peut infecter plus de 1 000 espèces de plantes réparties dans au moins 86 familles comprenant les solanacées (tomate, poivron, aubergine), différents légumes (haricot, laitue) et légumineuses, de nombreuses plantes ornementales (annuelles et vivaces) et mauvaises herbes. Le TSWV est relevé dans les régions tropicales, subtropicales et tempérées. La floriculture est une source majeure de cette maladie en serre au Canada. Il est observé principalement en serre, mais également en champ depuis 1989. Le virus des taches nécrotiques de l'impatiente (INSV) et le TSWV sont des virus très proches qui causent des symptômes similaires. Certains cultivars de pétunia sont de bonnes plantes indicatrices de la présence des virus INSV et TSWV ...

Ceci est la version du site en développement. Pour la version en production, visitez ce lien.